Comment je gère la colère, notamment à chaud?

Nov 05, 2015

En janvier de cette année, nous organisions la web-conférence qui a, à ce jour, eu le plus de succès. Le thème était la gestion des émotions: Didier Hauvette vous expliquait comment faire preuve d'intelligence émotionnelle (IE) tout en analysant votre comportement, celui de l'autre en face de vous et réagir à propos dans une situation de stress.

C'est bien sauf que, à chaud, cela ne marche pas toujours. Comment donc gérer à chaud la colère? Lisez ce qui suit:

J'enseigne en ce moment la gestion de conflits dans une université en Ile de France et en préparant mon cours, je me suis remémoré une technique que l'on m'a apprise et que je vous transmets ci-dessous:


1/ dans un premier temps, pensez à 3 personnes à qui vous avez envie d'exprimer de la gratitude pour ce qu'elles vous ont apporté dans la vie, écrivez-le dans un exercice de "journaling" (écriture spontanée où vous exprimez votre "merci" à l'autre);

2/ quand quelqu'un vous énerve à chaud, pensez à l'une de ces 3 personnes - personnellement je les appelle mes 3 fées et en l'occurrence il s'agit de 3 femmes - et vous verrez ce qui se passe. Si tout se passe bien, la colère s'estompe au moins temporairement et vous permet de rester en relation.

Un autre outil que j'ai imaginé récemment alors que, toujours en préparant ce cours, j'ai eu moi-même une situation où j'ai dû gérer une certaine colère durable. Cette fois, il s'agit d'écrire pour soi une liste de 3 questions à se poser à froid, par exemple comme suit:

a) Continuer à être énervé / en colère sur ce sujet, est-ce que cela m'aide à avancer sur mon chemin de vie?

b) Ne rien faire face à cette situation, est-ce que cela me fait perdre quelque chose d'important?

c) Si j'en parle à une de mes fées (cf. ci-dessus), va-t-elle me dire de rester énervé et de me battre pour cela?

Et si la réponse est non aux 2 voire 3 questions, au final, que pensez-vous de votre colère initiale?

Pourquoi cela marche? Dans le premier cas, il s'agit d'agir à chaud: vous transformez à court terme le ressenti émotionnel en passant de la colère à la gratitude et cela devient tout de suite plus gérable. Dans le second cas, il s'agit de sortir de l'émotion (cerveau émotionnel) pour aller vers l'analyse (cerveau pensant).

Et n'oubliez pas que dans une situation de stress, dans un conflit, celui qui lâche prise et offre de la flexibilité est quasiment toujours celui qui permet la résolution. A bon entendeurs, pratiquez cela dans la joie et l'efficacité!


Cyril Regourd, Consultant Carrière IÉSEG Network (c.regourd@ieseg.fr)


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.