[NEWS CAREER] - Do you have a vision? - Avez-vous une vision?

Feb 10, 2016

English version below

Sénèque le dit bien: "il n'est de vent favorable à qui ne sait où il va". C'est pour moi en tant que consultant carrière le premier sujet sur lequel j'interroge mes clients. Nous en avons fait le premier pilier de la vision carrière de l'association. Lisez pourquoi et surtout comment vous y prendre pour développer une vision, en bref, pour savoir où vous allez!

Cela vaut pour une personne, pour une entreprise, pour un pays. Je lisais dimanche dans le Journal Du Dimanche cette phrase de Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand qui fut aussi consulté, voire missionné à diverses reprises par Nicolas Sarkozy et François Hollande. Selon lui la France n'a plus de vision depuis 1986 et ce serait un des problèmes majeurs. Il faudrait quelqu'un pour dire "voilà ce que sera la France de 2025, voilà ce que chacun y gagnera...". Nul doute que le sage conseiller va le faire dans son prochain livre.

Dans cet esprit, Jean-Philippe Ammeux, dont je modérais justement le webinar de ce lundi sur "IÉSEG - Vision 2025" a su lancer un projet collaboratif pour élaborer la vision de l'école.

Mais revenons à la carrière. Sur ce sujet, je conseille 2 méthodes:

- la méthode "analytique" qui consiste à revenir sur des éléments de connaissance de soi (talents, motivations, rêves, etc.) pour décliner une ou des visions d'avenir. Cette méthode est celle que l'on retrouve dans les bilans de compétences et les bilans de carrière;

- la méthode "intuitive" qui consiste à se laisser inspirer plus ou moins librement par les sites d'annonces en voyant ce qui vous fait vibrer et en convergeant ainsi vers une ou des visions.

Ces 2 méthodes peuvent bien sûr être combinées. J'invite chacun de mes clients au final à décliner au moins une vision (= un projet professionnel) mais plus probablement deux ou trois et de l'affirmer haut et fort au monde (stratégie "push" vers le réseau et axée sur des candidatures spontanées vs stratégie "pull" de réponse à des offres).

Sans vision sur votre carrière, le risque est grand que vous vous laissiez dicter vos choix par les sites d'annonces, par le marché, que vous ne développiez qu'une stratégie "pull" en ne répondant qu'à des offres. Vous pouvez alors après 2, 5, 10, 17 ou 24 ans en arriver à vous poser enfin les vraies questions sur les ingrédients du job de vos rêves. Il n'est jamais trop tard pour le faire. Alors, avez-vous une vision d'avenir pour vous ou pas?

Cyril Regourd, Consultant Carrière IÉSEG Network (c.regourd@ieseg.fr)



Seneca says it well: "it is favorable wind to those who know where they go". As a careers consultant, that is the first question I ask my clients. We made the first pillar of the career vision of the association. Read why and especially how you go about to develop a vision, in short, to know where you are going!


This applies to any person, any company, any country. Last Sunday I read on the "Journal du Dimanche" this sentence of Jacques Attali, former adviser to François Mitterrand who was also consulted several times, even commissioned by Nicolas Sarkozy and Francois Hollande. He said France has no vision since 1986 and that would be a major problem. Someone should speak out and say "this is what France will be in 2025, that is what everyone will gain ..." No doubt the wise counselor will do it in his next book.

In this spirit, Jean-Philippe Ammeux, who took part last Monday in the webinar on "IÉSEG - Vision 2025" was able to launch a joint project to develop the vision of the school.

But back to the quarry. I suggest 2 ways on this subject:

• the "analytical" method of going back to self-knowledge elements (talents, motivations, dreams, etc.) and decline one or several visions of the future. This is the method found in skills assessments and career assessments;

• the "intuitive" method of being inspired more or less freely by ad sites checking what makes you vibrate and thus converging towards one or several visions.

These two methods can of course be combined. I invite each of my clients to ultimately decline at least a vision (= a professional project) but more likely two or three and say it out loud and clear to the world ("push" strategy to the network and focused on spontaneous applications strategy vs. "pull" in response to offers).

Without a vision of your career, the risk that you allow ad sites to dictate your choices is great, by the market, that you only develop a "pull "strategy to apply for job offers. You could then eventually ask yourself after 2, 5, 10, 17 or 24 years the real questions about the ingredients of your dream job. It is never too late to do so. So, do you have a vision for your future or not?


Cyril Regourd, Career Consultant IÉSEG Network (c.regourd@ieseg.fr)



Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.