[FOCUS ENTREPRENEUR] L’entrepreneuriat au service d’artisans indonésiens défavorisés

Jun 05, 2019

***English version below***

Ne vous êtes-vous jamais demandé comment nous réalisions des motifs sur du textile, avant l’industrialisation de ce secteur ? 

L’un de ces savoir-faire, le batik, s’est développé dans de nombreuses régions du monde depuis plusieurs siècles. Il s’agit d’une technique traditionnelle de confection de textile consistant à dessiner des motifs à la cire avant de teindre le tissu. Le savoir-faire le plus réputé se situe en Indonésie ; le batik indonésien étant protégé au titre du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par l’UNESCO depuis 2009. 

Sur l’île de Java, ce savoir-faire unique risque malheureusement de disparaitre. Effectivement, les artisans ont peu de débouchés commerciaux en vendant uniquement à quelques intermédiaires, et n’obtiennent qu’une rémunération injustement faible. Ainsi, les jeunes générations ne sont plus intéressées par cet art du batik : il est actuellement impossible d’en vivre décemment. 

Étudiant en 2ème année, c’est durant mon échange universitaire à Jakarta (Indonésie) que j’ai rencontré Firman, un étudiant originaire d’un village de la province de Java Oriental. Grâce à lui, j’ai pu aller à la rencontre de ces artisans qu’il connaît si bien. Sur place, j’ai découvert la réalité de cette disparition des artisans et de leur art traditionnel. 

De ce constat est né Semandtik, une start-up sociale franco-indonésienne proposant des accessoires et du linge de maison en batik javanais. Les créations portent les motifs de la marque, inspirés de dessins traditionnels et reprenant des histoires javanaises. La réalisation d’une unité prend jusqu’à 12 heures de dessin à la cire : un travail artisanal très complexe. Chaque pièce est signée de la main de l’artisan, qui reçoit une rémunération au moins 3 fois supérieure à celle proposée par les intermédiaires actuels.

Ainsi, nous visons à pérenniser ce savoir-faire en attirant les jeunes générations, pour que cet art javanais ne disparaisse pas. Nous avons terminé la phase de prévente pour nos clients français le 18 mai dernier. Pour ne pas manquer l’ouverture permanente des ventes en juin prochain, ou tout simplement en apprendre plus sur ce savoir-faire javanais, rejoignez-nous dans cette aventure en nous suivant sur Facebook et Instagram.

***
 

Supporting underprivileged Indonesian artisans through entrepreneurship

Have you ever wondered how textile patterns and motifs were created before the industrialization of this sector? 

Batik is one of those age-old techniques which developed in many parts of the world. It is a traditional textile colouring technique in which patterns are drawn using hot wax before the fabric is dyed. Indonesian batik may be the best-known; it is considered a Masterpiece of Oral and Intangible Heritage of Humanity by UNESCO since 2009 and protected as such. 

Unfortunately, this unique craft may well disappear from the island of Java. Artisans don't have enough business opportunities since they're only selling to a little number of middlemen; in addition, they're only making a very small amount of money from these long and strenuous creations. 
It is impossible to live decently from making batik nowadays, that's why younger generations are no longer interested in this art. 

I met Firman, a student from an East Java village, shortly after arriving in Jakarta, Indonesia, as part of my 2nd year student exchange. Thanks to him, I met the artisans he knows so well and discovered their reality, that is the disappearance of this traditional art and of those who are making it. 

Semandtik, a French-Indonesian social-impact start-up selling accessories and linen made in Javanese batik, was born from this observation. Our designs bear the brand's motifs which were inspired by traditional drawings and Javanese stories. Each unit requires up to 12 hours of wax-drawing: a very complex artisanal work. Each item is signed by the craftsperson who made it, who's in return paid at least 3 times what current middlemen are paying.

Our aim is therefore to keep alive and perpetuate this skill by attracting younger generations, so this Javanese art never disappears. 
We completed the pre-selling phase for our French customers on May 18th. Follow us on Facebook and Instagram for any further information regarding our permanent sales opening next June, or to learn more about this Javanese know-how.
 


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.