[PORTRAIT] Alban Masse (IÉSEG 2010) – Conquis par le Fondant Baulois !

Jul 26, 2018

***English version below***

  • Quel a été ton parcours à l’IÉSEG ?

Hésitant entre l’ESSCA et l’IÉSEG qui était moins cotée à l’époque, j’ai choisi l’IÉSEG car notre école m’a donné l’impression d’avoir une dynamique de développement plus forte. Avec le recul, cette impression s’est révélée bonne, et je suis heureux d’avoir fait ce choix. 

En 2ème année, j’étais convaincu qu’il fallait orienter mon cursus vers la finance et le contrôle de gestion pour « apprendre quelque chose de vraiment concret ». Mon 2ème stage m’a appris que je n’étais vraiment pas fait pour ça, et après 4 mois de tableaux Excel truffés de fautes, j’ai réorienté mon parcours vers une spécialité marketing qui me convenait mieux. 

Passionné de photo, nous avons monté avec 2 IÉSEG un petit labo dans mon appart. En 4ème année, j’ai demandé une césure pour réaliser un reportage entre Lille et Jérusalem. C’était le début des césures, je me souviens qu’il avait fallu négocier avec la direction pour pouvoir partir ! 

  • As-tu ressenti une « communauté IÉSEG » pendant ces années ? 

Quand on arrive à l’IÉSEG, on est tous très différents. 5 ans après, il y a une promo soudée, et on se ressemble tous un peu ! Oui, il y a vraiment une communauté qui se crée année après année. 

  • Aujourd’hui es-tu toujours en contact avec des IÉSEG ?

Oui, j’ai l’impression que les amitiés qui se lient pendant les études sont faites pour durer ! Chaque année, on se bloque d’ailleurs un week-end pour être sûrs de se retrouver. 

  • Quel est ton parcours professionnel depuis ta sortie de l’IÉSEG ?

A la sortie de l’IÉSEG, je n’étais pas du tout au clair sur mon projet professionnel : intéressé par la Marine Nationale, j’ai embarqué pendant 1 an sur le TCD Foudre en tant que Volontaire Officier Aspirant. Puis j’ai rejoint la branche pharmaceutique de Danone pour 2 ans de vente, puis 2 ans de marketing. 

Pour apprendre à créer une entreprise, j’ai ensuite mis un pied en startup en rejoignant Take Eat Easy. Avec une petite équipe, nous avons lancé l’activité à Nantes puis à Rennes. Une expérience passionnante, jusqu’à ce que l’activité s’arrête brusquement faute d’investisseurs. 

Ensuite, ma route a croisé celle de Geoffroy Roux de Bézieux, qui cherchait un directeur pour une nouvelle aventure : la reprise du flambeau pour faire décoller une magnifique PME. Depuis 1981, Le Fondant Baulois conçoit artisanalement des pâtisseries de très grande qualité, avec notamment un fondant au chocolat inégalable appelé le Fondant Baulois. 

En tant que DG, mon poste consiste à porter auprès des équipes et des partenaires la vision que nous avons pour l’entreprise. Concrètement, cela passe par la construction chaque année d’un budget qui comprend tous les grands axes stratégiques et financiers, puis de le tenir. Nous sommes actuellement une quinzaine dans l’équipe. Notre premier challenge a été de structurer l’entreprise tout en conservant nos procédés de fabrication, pour pouvoir à terme changer d’échelle et demeurer une pépite au savoir-faire artisanal reconnu mondialement. 

Mais plutôt qu’un long discours, je vous invite à découvrir nos produits

***

  • Can you tell us about your experience at IÉSEG?

Hesitating between ESSCA and IÉSEG, which was less popular at the time, I chose IÉSEG because our school gave me the impression of having a stronger development dynamic. In hindsight, this impression was right, and I'm happy to have made that choice.

During my 2nd year, I was convinced I needed to focus my studies on finance and management control to "learn something truly concrete". My 2nd internship taught me I wasn't really made for that, and after 4 months of error-riddled Excel spreadsheets, I redirected my training towards a marketing specialisation which suited me better. 

Passionate about photography, 2 IÉSEG students and I created a small lab in my apartment. During my 4th year, I asked for a gap year to make a photo-reportage between Lille and Jerusalem. It was the beginning of gap years and I remember I had to negotiate with the administration to be able to leave! 

  • Did you feel part of a IÉSEG community during these years? 

Upon entering IÉSEG, we were all very different. 5 years later, we were a solid year group, and we all look a little alike! So yes, there really is a community that's created year after year. 

  • Are you still in contact with IÉSEG students and graduates?

Yes, I get the feeling that friendships made during your studies are built to last! Actually, every year, we book a weekend to make sure we get together. 

  • Tell us more about your career since leaving IÉSEG?

When I graduated from IÉSEG, my professional project wasn't clear at all: I was attracted by the Marine Nationale (T.N.: Navy) and embarked for a year on the TCD Foudre as a VOA (T.N.: Volunteer Officer Naval Cadet). Then I joined Danone's pharmaceutical branch for 2 years in sales, followed by 2 years in marketing.

Then, in order to learn how to start a business, I got a foothold in the start-up business by joining Take Eat Easy. With a small team, we launched the activity in Nantes then in Rennes. An exciting experience, until our activity stopped abruptly for lack of investors.

I then crossed paths with Geoffroy Roux de Bézieux, who was looking for a director for a new adventure: to take up the torch to boost a beautiful SME. Since 1981, Le Fondant Baulois has been creating high-quality artisan pastries, including an incomparable chocolate fondant called Fondant Baulois.

As MD, my job is to bring our vision of the company to our teams and partners. Concretely, this involves the establishment of a yearly budget detailing all the major strategic and financial lines, and then making sure to stick to it. There are currently fifteen or so people on the team. Our first challenge was to structure the company while preserving our manufacturing processes to eventually change scale and still remain a gem with a world renown artisan know-how.

But rather than a long speech, come discover our products!
 


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.