[PORTRAIT] Zoé LEGER, Jeune entrepreneur en fashion / Young entrepreneur in fashion

Mar 02, 2016

ENGLISH VERSION BELOW


Raconte-nous ton parcours à l'IÉSEG…

J'ai intégré l'IÉSEG à Paris après deux années en Économie et Gestion à la fac. Je faisais donc partie des “admissions parallèles".
Pour mon Master I, je suis partie deux semestres à Copenhague (à CBS). C'est une expérience qui m'a enrichie sur le point professionnel et personnel. J'avais la possibilité de choisir mes cours à la carte et parmi eux j'ai suivi un cours en Fashion Design. Il m'a d'ailleurs permis de rencontrer une de mes meilleures amies aujourd'hui, une française étudiante à Dauphine.
J'ai toujours eu une vraie passion pour la mode, les vêtements, le style.
Et puis un jour, alors que j'étais encore à Copenhague et que je pensais à mon retour à Paris, j'ai reçu un e-mail de l'école qui proposait un tout nouveau programme en Fashion Management. Un programme à suivre en double-diplôme, en partenariat avec l'école de mode Instituto Marangoni. J'ai constitué mon dossier et j'ai été prise.
Nous étions une classe très internationale d'une quarantaine d'étudiants issue de formations très diverses, mais avec un réel intérêt commun pour la mode. Mon année de Master II s'est donc organisée autour de mon mémoire, mes cours de mode orientation business à l'IÉSEG, des cours de design à Marangoni et une recherche de stage à bien anticiper. Bref une année riche !!

…et tes liens avec la « communauté IÉSEG » ?

Il y a une vraie culture de communauté à l'IÉSEG à travers toutes les associations qui existent. Et c'est le sentiment qu'on a en y étudiant.
Après j'ai eu un parcours un peu “en marge" de l'école car j'ai passé une seule année sur le campus.
Cependant, je continue à voir mes amis IÉSEG et j'ai gardé aussi de très bons liens avec les personnes de ma classe en Fashion Management.

Décris nous ton parcours professionnel !

J'ai effectué mon stage de fin d'étude au sein de la Maison de couture Balmain. J'y suis restée six mois en stage puis trois mois en CDD. J'occupais la fonction d'assistante achats collection et production, au département Homme et accessoires Femme. Il s'agissait d'acheter les tissus et les fournitures pour la collection (les pièces du défilé) et ensuite pour la production (les pièces en boutiques).
J'ai appris beaucoup, sur la mode masculine, les codes du luxe, l'exigence, le travail dans l'urgence. Mais la fonction d'achat n'a pas rempli mes attentes et je ne m'y suis pas épanouie. J'ai mesuré qu'il me fallait une fonction avec la nécessité de suggérer des idées, de conseiller, et de penser le vêtement dans sa globalité et pas uniquement d'un point de vue technique.
Je voulais devenir personal shopper.
J'ai cherché à rejoindre des structures déjà existantes qui proposent ce service à Paris. Et je voulais approfondir mes connaissances et compétences en termes de service clients en allant sur le terrain, et rejoindre la vente. J'ai donc rejoint la marque suédoise COS, au corner femme des Galeries Lafayette, en contrat 30h vente pour me permettre de lancer mon projet de personal shopper, L'esthete en parallèle. http://www.lesthete-paris.com

Des conseils pour les promos sortantes ?

De manière générale, je mettrais l'importance du réseau en premier facilitateur de recherche de stage/d'emploi, mais encore plus dans le domaine de la mode.
C'est un monde qui fait “rêver", très convoité, et par une pluralité de profils (étudiants issus d'école de commerce mais aussi d'écoles de mode,…).
Pour autant, cela reste possible de trouver un stage sans piston particulier ! Je pense qu'il faut savoir identifier ses qualités et surtout savoir assez précisément ce qu'on cherche (ce qui est le plus difficile en fait). On passe souvent très peu de temps à lire une annonce car on se réfère surtout au nom de la marque, l'image qu'on en a etc. Mais prendre le temps de bien comprendre le profil recherché nous fait gagner du temps, et passer des entretiens pour lesquels notre profil est vraiment adapté.


Tell us about your experience at IÉSEG...

I joined IÉSEG in Paris after two years in Economics and Management at the university. So I was one of the "parallel admissions".
For my Master's Degree, I did two semesters in Copenhagen (CBS). It is an experience that has enriched me both professionally and personally. I could choose my courses "a la carte" and I took a course in Fashion Design, amongst others. It also helped me to meet one of my current best friends, a French student at Dauphine.
I always had a passion for fashion, clothing, style.
And then one day, while I was still in Copenhagen and thinking about my return to Paris, I received an email from IÉSEG offering a new program in Fashion Management. A double-degree program in partnership with the Instituto Marangoni fashion school. I set up my file and I was taken.
We were a very international class of forty students with very different backgrounds, but with a real common interest in fashion. My second year of Master was organized around my thesis, my fashion business orientation courses at IESEG, design courses at Marangoni and an anticipated search for an internship. In short, a rich year!


... And your involvement with the "IÉSEG community"?

There is a real sense of community at IESEG thanks to all the associations available. And that's the feeling one has as a student.
Afterwards, I had a rather "marginalised" trajectory at IÉSEG because I spent only one year on the campus.
However, I still see my IESEG friends and l also kept very good relations with the people in Fashion Management course.


Describe us your professional career!

I completed my last year's internship at Balmain fashion house. I did a six months internship followed by three months under a temporary contract. I worked as a collection and output purchases assistant, at Man and Woman accessories section. It consisted in buying fabrics and supplies for the collection (the parts of the show) and then for the production (the samples in shops).
I learned a lot about men's fashion, luxury codes, demands and working under pressure. But the purchasing position did not meet my expectations and I could not thrive. I realised that I needed a position that required to provide ideas, advice, and look at the clothes as a whole and not only from a technical point of view.
I wanted to become a personal shopper.
I tried to join existing structures that offer this service in Paris. And I wanted to improve further my knowledge and skills in terms of customer service on the floor, and join the sales team. So I joined the Swedish brand COS, at the woman section of Galeries Lafayette with a 30h contract, which would allow me to start my project of personal shopper, The esthete in parallel : http://www.lesthete-paris.com


Advice for last year students?

Overall, I would underline the importance of the network first as a research tool for internship / job, but even more in the field of fashion.
It is a world that makes you "dream", coveted, and by a plurality of profiles (students from business schools but also from fashion schools...).
However, it is still possible to find an internship without beeing boosted by its network! I think you ought to identify your skills and especially know quite precisely what you want (which is actually the most difficult). We often spend very little time reading an ad because it refers mainly to the brand name, the idea that we have about it etc. But taking the time to understand the right profile saves us time and succeed at interviews where our profile is really suitable.



Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.